Cujala de Sesques 1645m

Enchâssée dans un vallon sauvage et magnifique, la cabane de Sesques mérite bien une petite visite.

Il fait déjà chaud (20°C à 09H00) ce jeudi de l’ascension. Nous partons à la recherche d’écriture de berger près des cabanes de Gaziès. Si si, Gaziès, pas Sesques, mais comme le titre l’indique, nous avons changé nos plans à cause de vilaines petites bêtes: les tiques.
Ils sont légions au départ du sentier pour Gaziès: en à peine 100m, des dizaines tentent de monter le long de nos pantalons, le demi-tour s’impose. Nous changeons nos plans pour aller au Cujala de Sesques.

Une fois la bifurcation entre le lac d’Isabe et le Cujala de Sesques (très bien indiqué, nouveau balisage), nous empruntons le sentier montant vers Sesques. Le sentier réclame un peu d’attention au départ dans la forêt, puis juste avant de quitter cette dernière: peu pratiqué, il est parfois à peine visible.
Nous débouchons sur la cabane d’Artigue de Sesques, tout juste rénovée (2016) et ses jolies pâturages. Nous y trouvons des orchidées sauvages, des jonquilles, et bien d’autres fleurs printanières.

Nous continuons l’ascension pour déboucher dans un petit vallon particulièrement sauvage. Nous mangerons à coté du Cujala de Sesques, cabane rénovée depuis peu, avec un style contemporain. Ma fille adore le style, nous, nettement moins.
Après le déjeuner, comme prévu initialement aux cabane de Gaziès, nous cherchons des gravures de bergers sur les pierres avoisinantes. Nous trouvons deux écritures, non datées, dont le sens nous échappe. Encore un mystère à percer (voir photo jointe).

Le retour par le même itinéraire, sous la chaleur accablante, 33°C à Pau à 17H00 ce jour là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *