Grand Barbat 2813m (en boucle)

Tour du Grand Barbat sur deux jours, voilà de quoi satisfaire nos exigences: dépaysement, difficulté, délire et dénivelé au programme (4D, un nouveau concept de randonnée 😀 ).

Plus grand sommet de ce massif, ce pic se mérite, peu importe l’itinéraire emprunté pour le gravir.

1er jour:

Du lac destin d’Estaing, nous ne montons pas vers le col d’Iléou (parcours trop rapide et trop simple pour le Grand Barbat 😉 ) mais nous nous dirigeons pleins sud ver le lac du raplapla Plaa de Prat. Sur le parcours de nombreux isards, dont des jeunes (voir vidéo plus bas).

Du lac nous montons au dessus de la cabane pour rejoindre le bassin lacustre du Piarrouy (lac de Nère, lac Long et lac du Pic Arrouy). Après déjeuner nous allégeons les sacs, et alors que le brouillard monte de la vallée, nous nous attaquons à la brèche de Barbat, partie la plus difficile de cette ascension. L’arrivée nous offre une somptueuse mer de nuage dont nous continuerons à profiter jusqu’au sommet, facile à gravir depuis la brèche.

Après une longue pause au sommet, en plein soleil, contrairement au reste de la vallée, nous redescendons dans un brouillard dense pour installer notre campement.

2ème jour:

Une bonne nuit de sommeil et nous voilà d’attaque pour la partie la plus délicate de la randonnée: Le Pourtet. Le passage est très difficile et la carte IGN précise « le Pourtet (col) ». Personnellement je l’appellerai plutôt brèche, voir juste « passage ».
Je conseille d’éviter au maximum les éboulis en empruntant, au départ du lac Long, une vieille sente marquée de quelques cairns (sud – sud ouest) qui mène au Pic du Pourtet. La suivre jusqu’à 2450m environ, au pied d’une barre rocheuse où elle part franchement vers la droite (ouest). A cet endroit, plongez à gauche dans la cuvette au dessous du col du Pourtet, et traversez là en montant (Sud est) les éboulis qui défendent la crête du Pic Arrouy. N’hésitez pas à vous tenir juste sous la crête, sur les pentes herbeuses (très raides !) afin d’éviter les éboulis vraiment peu commodes avec une telle pente.
Quelques cairns (vraiment rares) sont là pour vous rassurer à l’approche du col. Un dernier bloc à passer et nous y voilà, enfin.

Belle vue sur le lac du Pourtet. La descente se fait facilement sur une pente herbeuse. Facilement si votre coéquipier ne cherche pas à vous tuer en vous envoyant la seule pierre du coin dans le genoux :mrgreen: . Au déversoir du lac on rejoint les sentiers balisés qui mène au col de la Haugade.

Col où nous arriverons en sprint, grands vainqueurs « virtuels » du trophée du Vignemale se déroulant ce jour là. Nous arriverons même à nous faire passer pour les premiers auprès de quelques randonneurs (euses) crédules.

Nous descendons vers le lac où qu’il est d’Ilhéou pour la pause de midi. Pause assez courte vu les températures de ce dimanche. Nous re-décollons pour le col d’Ilhéou, dernière montée de la journée. Quelques marmottes se baladent insouciantes. Joli col, belle montagne à vaches.

La descente depuis le col se fait rapide (comme toujours 🙄 ), vers la cabane du Barbat. Puis nous continuons à suivre le GR10 quasiment jusqu’à la voiture.

Superbe randonnée où Anthony a battu son record d’altitude et de dénivelé cumulé, pas mal pour un charentais 😉 . Le guide n’a pas été mauvais non plus dans un secteur tout sauf évident et en plein brouillard 😎

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *