Pic du Marboré 3251m, Pic Brulle et Pic Oriental

Le pic du Marboré se mérite avec un parcours de 26Km et 1800m de montée (11H00 de marche). Mais quel émerveillement d’accéder à la cime du Cirque de Gavarnie.

Même en arrivant tôt, il devient difficile de trouver de la place au col des Tentes, surtout un weekend de 3 jours avec grand beau temps.
Parcours facile au début, Port Boucharo, col des Sarradets, refuge du même nom (fermé au moment où j’écris ces lignes).
Ensuite, une interminable montée dans les éboulis croulants et sur la toute dernière partie avant la brèche de Roland, les crampons pour passer la neige.

De la brèche de Roland, descente vers le pas des Isards, sans neige, alors que l’an dernier nous passions sur la glace. On remonte sous la Tour, puis la cheminée, pour arriver au col de la Cascade. De là, direction l’aven du Marboré, d’où nous visons la base du Pic Occidental, que nous évitons.
Du petit col, deux possibilités: soit emprunter le sentier montant vers le Pic Brulle et faire tout pleine crête, soit bifurquer sous ce pic pour prendre le sentier le plus direct pour le Marboré.
Nous choisissons le sentier direct, en nous gardons la crête pour la descente. Sous le Pic Oriental, un passage un peu délicat où les éboulis croulants ont la fâcheuse tendance à vouloir vous envoyer quelques centaines de mètres plus bas. Prudence donc pour ce passage. Ensuite, le Marboré se dévoile et il ne reste plus qu’à cheminer jusqu’à son sommet par un sentier facile (oui, c’est presque décevant, après autant d’effort, cette facilité 😉 ).

Le sommet est étonnamment large, presque plat, et contraste fortement avec les Pics de la cascade, plutôt raides et fins. Quelle vue: Vignemale, Astazous, Cylindre du Marboré, Mont Perdu et tous les sommets du cirque de Gavarnie.
Moments émouvants, merveilleux. Un peu de fierté aussi (toute relative), d’être sur le deuxième sommet le plus haut des Pyrénées française, juste derrière le Vignemale (3298m).
Parlons d’altitude justement, Le Pic Marboré est donné à 3248m par l’IGN français, et 3251m par l’IGN espagnol: 3 mètres d’écart, pas rien toute de même. Qui a raison ? Je l’ignore.
La sardine qui accompagne mon déjeuner s’en moque de l’altitude à laquelle elle va être dévorée !

A la descente, petite astuce pour ne pas trop galérer: montez au Pic Oriental, prenez quelques photos, et revenez tout simplement en arrière (10 minutes aller-retour) pour retrouver le sentier de la montée. Vous éviterez une descente pénible depuis le Pic Oriental. Un peu plus loin, nous montons voir le pic Brulle, sommet vraiment sympa à faire et facile dans le sens de la descente en suivant la crête.
On arrive alors de nouveau sous le Pic Occidental, et se pose toujours la même question: « On se fait L’épaule ? ».
Et aujourd’hui ?… encore non ! Les nuages commencent à monter et à s’accumuler coté espagnol, j’aime les grillades mais pas suffisamment pour mourir grillé: l’Epaule, une fois de plus, attendra.

Autant j’avais brillé à la montée par mon sens de l’orientation, autant à la descente j’ai été particulièrement mauvais: un coup un peu trop haut en sortie de l’aven du Marboré, puis un peu trop bas sous la Tour, nous obligeant à remonter un peu pour retrouver le haut de la cheminée. On se rajoute une centaine de mètres en plus: heureusement qu’il en reste sous le capot !
Peu après, Delphine me remontre sa technique impressionnante pour descendre en « skiant » avec ses chaussures, se loupe, et provoque chez moi un éclat de rire quand je la vois descendre à toute vitesse, couchée sur le côté, la pente enneigée. Plus loin, une randonneuse moins chanceuse nécessite l’intervention du PGHM au niveau du doigt de la brèche: plus tard nous apprendrons qu’il s’agissait d’une insolation.

On retrouve la foule à la brèche de Roland. La nouveauté à la mode s’impose maintenant: on balade son chien. Si Señor. Sans laisse, on en a croisé deux ou trois comme ça. Les gardes du parc national ? En 10 ans, une fois j’en ai trouvé, une seule fois.
On retrouve la voiture, les pieds en compote, mais heureux d’avoir réalisé un rêve.

2 thoughts on “Pic du Marboré 3251m, Pic Brulle et Pic Oriental

  1. AZIMUT

    Joli Zoom sur le Mont Perdu!
    Moi j’y étais bien comme prévu le samedi soir. On y est arrivé vers 17h, et reparti le dimanche matin vers 8h.

    On aura certainement d’autre occasion de se croiser! Il me reste encore l’épaule à faire dans ce coin!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *